Quelques remèdes et plantes chinoises parmi mes préférées

Les plantes chinoises ont parfois mauvaise presse en Europe à cause d’incidents malheureux provoqués non pas à cause des plantes mais de laboratoires (non chinois!) ayant incorporé une mauvaise plante dans l’un de leurs compléments alimentaires amaigrissants. Comment des occidentaux peu scrupuleux ont pu nuire à une discipline de soins largement pratiquée en Chine depuis des centaines d’années…

Et pas qu’en Chine! Le Japon – pays respecté en Europe pour son sérieux et sa discipline – a repris depuis bien longtemps les remèdes de pharmacopée chinoise pour en faire des remèdes de médecine traditionnelle japonaise appelée médecine Kampo au Japon et qui sont entièrement pris en charge par la sécurité sociale japonaise.

Le but de mon article n’est pas de vous prouver l’efficacité des remèdes à base de plantes mais de vous présenter quelques plantes que j’aime particulièrement et d’en montrer la diversité d’application.

Ban xia – Pinellia ternata – plante psy entre autres

Ban xia

Cette plante dissout les « mucosités » qui sont à l’origine de « tous les maux » selon la médecine chinoise. Comme toutes les plantes chinoises, elle est prise en association avec d’autres plantes selon les syndromes et le bilan. Simplement associée à du gingembre frais, elle traite les nausées et les vomissements. Ban xia dissout les nodules, les kystes, les mucosités qui bloquent les bronches, les poumons, le nez, la gorge, les oreilles (certains types de maladie de Ménière). C’est une plante « psy » (si, si) qui nous aide à avaler et digérer les émotions non exprimées ou chocs émotionnels qui sont restés coincés dans la gorge ou dans l’estomac; l’anorexie de la personne sensible qui n’arrive plus à avaler … »ce qu’il m’a dit, je l’ai toujours en travers de la gorge » ou « cette nouvelle m’a coupé l’appétit », ou « je n’ai toujours pas digéré ce qu’il m’a fait ». Chez certaines personnes dont une de mes anciennes patientes au Canada qui ne mangeait que des aliments liquides, la difficulté d’avaler les événements et les aliments peut durer plusieurs années et poser de sérieux problèmes de santé et d’éviction sociale…

C’est Ban xia notamment qu’il vous faut utiliser dans ces cas, mais son usage doit être encadré par un praticien de médecine chinoise.

Bai he – bulbe de fleur de lys – la fleur qui sèche nos larmes

Bai he/bulbes de lys séchés
fleurs de lys

Bai he, le bulbe de fleur de lys, comme la fleur de lys sont utilisés dans la cuisine chinoise et en phytothérapie. Bai he adoucit la tristesse, les pleurs et aide à lutter contre une forme de déprime où la personne ressent une profonde sensation de tristesse et de vide au milieu de la poitrine (due a ce que l’on appelle dans le jargon de médecine chinoise le syndrome du bulbe de lys ou un vide de yin du Coeur et du Poumon). Contrairement à d’autres plantes de la pharmacopée chinoise, Bai he peut être utilisé seul (en décoction, en tisane, en repas) ou en association à une autre fleur He huan hua (fleur de l’arbre à soie) pour calmer le système nerveux et favoriser le sommeil notamment. Ces deux fleurs (séchées en herboristerie chinoise et parfois en magasin asiatique pour Bai he) sont faciles à utiliser.

(huai) Niu xi = Rx Achyrantis, les genoux du taureau

Huai Niu Xi

Niu xi, ou genoux de Taureau, porte bien son nom. Il s’agit d’une racine qui ressemble d’ailleurs à un genou et qui renforce les os et favorise une meilleure mobilité, flexion et extension, des articulations (en particulier la raideur des genoux), surtout chez les personnes d’un certain âge. On l’utilisera en association à d’autres plantes en cas d’articulations rouges, ou déformées, ou de jambes lourdes, ou d’insensibilité.

Yi Yi ren – Sm coicis – larmes de Job

Yi Yi ren/orge chinois

Cette variété d’orge (sans gluten dans ce cas) que l’on nomme Yi yi ren en chinois est un véritable « alicament » (aliment-médicament) que nous devrions tous consommer au petit déjeuner (sous forme de gruaux) tellement ses propriétés sont bienfaisantes. En résumé, très digeste et insipide, cet orge permet d’éliminer « l’eau qui stagne » et de « purifier » l’organisme pour faire simple. Efficace contre certaines douleurs articulaires, les lourdeurs corporelles, les prises de poids avec oedème des jambes, la cellulite, certaines maladies de la peau (peau grasse, comédons, l’eczéma suintant), etc. On le trouve facilement dans les magasins asiatiques car il fait partie de l’alimentation comme le riz, le blé etc.

Gui Zhi = Cannelle chinoise, pas que dans les desserts

Gui zhi/rameaux de cannelle

J’adore la cannelle chinoise, différente de la cannelle indienne qui est celle que nous utilisons dans notre cuisine. Les rameaux de cannelle font partie de nombreux remèdes de médecine chinoise qui réchauffent, activent la circulation, libèrent les méridiens et gèrent certains problèmes de transpiration excessive par faiblesse. On les utilise notamment en cas de rhume, de douleurs musculaires, de dysménorrhées (crampes menstruelles), de palpitations cardiaques chez des personnes plutôt faibles et fragiles, qui transpirent au moindre effort, ou sont facilement effrayées …

La cannelle chinoise fait partie d’un remède qui s’adresse aux jeunes enfants frileux et anxieux qui souffrent d’énurésie nocturne et de cauchemars.

Huang lian – Rz Coptidis, le paroxysme de l’amertume

Ce rhizome (de Savoyane) est utilisé en Chine depuis au moins 2000 ans. Si vous avez un jour l’occasion de le « déguster », son goût amer sera à jamais gravé sur votre langue. La plante la plus amère de la pharmacopée chinoise a une action prouvée par de nombreuses recherches contre les bactéries, les virus, les champignons, l’inflammation … Huang lian excelle à « drainer la chaleur » qui peut provoquer une forte irritabilité, de l’hyper-activité, des palpitations, de l’insomnie mais aussi des ulcérations de la langue, de la gencive, de la mauvaise haleine, des yeux rouges et irrités ou des paupières infectées, des hémorroides, des saignements, des diarrhées aigües, des angines, de l’acné, de l’eczéma, de la toux avec mucosités jaunes et tant d’autres manifestions en association à d’autres plantes. Il est réservé en géneral à des personnes plutôt robustes, au teint rouge ou à la langue plutôt rouge avec enduit jaune, manifestation de chaleur dans le corps. Il est très utilisé au japon notamment dans une formule standardisée (« Décoction de Coptidis contre les toxines »).

lange rouge avec enduit gras jaune

Mu li, les coquilles d’huitre qu’on ne jette pas !

Mu li

En phytothérapie, on parle de « plantes » mais il peut s’agit d’autres substances telles que ces coquilles d’huitres. On les utilise en décoction (cuisson lente) avec d’autres plantes pour calmer le système nerveux (insomnie, irritabilité, sifflement d’oreilles, palpitations, vertiges, migraines…),en cas de reflux gastrique, de nodules (goitres) et dans certaines formules de pharmacopées très connues en Chine et au Japon pour lutter contre les éjaculations nocturnes, les transpirations nocturnes, les cauchemars.

Bien entendu il faudra toujours faire un bilan énergétique de médecine chinoise pour déterminer si la prise de ces plantes est indiquée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :